À quelques jours de l’ouverture du festival de la BD d’Angoulême, le rapport Racine est un manuscrit très attendu par les auteurs de bande dessinés. Il propose en effet 23 recommandations afin d’améliorer la situation des artistes-auteurs.

En avril 2019, le ministre de la Culture confiait une mission à Bruno Racine, ancien président du Centre National d’art et de culture Georges Pompidou et de la Bibliothèque Nationale de France, afin de répondre aux revendications des artistes-auteurs qui souffrent d’une situation de plus en plus inégale et précaire. À quelques jours du célèbre festival de la BD d’Angoulême, ce rapport vient d’être publié et propose une série de 23 mesures pour faire face aux conditions déplorables de création des auteurs, notamment de bande dessinée. 

Un rapport très attendu 

Selon Bruno Racine, auteur de ce rapport de 141 pages remis mardi au ministère de la Culture, « il faut renforcer les politiques publiques de soutien aux artistes-auteurs« . Les 23 recommandations qu’il présente dans ce manuscrit, disponibles sur le site du ministère de la Culture , étaient en effet très attendues, notamment par les scénaristes et auteurs de BD. La mission confiée par Frank Riester, ministre de la Culture, à Bruno Racine en avril dernier, avait pour but d’adapter les politiques publiques déjà existantes afin de favoriser les conditions de travail des auteurs, artistes et créateurs. Le rapport ayant été remis au ministère ce 22 janvier, il a déjà été accueilli favorablement par plusieurs instances représentatives d’auteurs. Ce rapport pointe à la fois une dégradation de la situation économique et sociale des artistes-auteurs, mais aussi un sentiment de paupérisation qui sévit de plus en plus, dû à une érosion plus que significative de leurs revenus. Outre le fait de renforcer les politiques publiques, ce rapport vise également à prendre en compte la demande de statut des auteurs à travers une reconnaissance de leur profession, de mieux les représenter et de les accompagner par le biais de réformes protectrices. Frank Riester, le ministre de la Culture, s’exprimera d’ici quinze jours afin de parler des mesures qu’il a décidé de retenir et du plan d’action qui sera mis en œuvre. Le calendrier du rapport Racine vise une application des mesures retenues d’ici 2021.

Des conditions de vie compliquées pour les auteurs de BD

Il a récemment été démontré que plus de la moitié des auteurs de BD vivent avec des revenus inférieurs au SMIC, une situation qui devient inacceptable selon Bruno Racine : « La dégradation de la situation économique et sociale des artistes-auteurs se traduit par une érosion de leurs revenus, en dépit de l’augmentation générale de la valeur créée. Peu rémunérateurs en moyenne, les métiers de la création sont affectés d’un fort biais social, tandis que parmi les artistes-auteurs, les jeunes et les femmes sont particulièrement exposés aux difficultés socio-économiques ».

Rapport Racine manif auteurs

Manifestation d’auteurs de bande dessinée lors du Festival d’Angoulême de 2015.
Crédit : © LP / Jean-Baptiste Quentin

Depuis 2018, ce sont des milliers de professionnels qui se mobilisent pour leur rémunération, mais aussi suite aux réformes de leur régime social et fiscal. Cependant, dans ce combat pour la reconnaissance de leur travail, si 53 % des auteurs gagnent moins que le SMIC, ce sont les femmes qui sont les plus mal loties. Parmi elles, 50 % vivent en réalité sous le seuil de pauvreté. De plus, on reconnaît une véritable déficience des accès aux droits sociaux pour les auteurs, avec environ 88 % d’entre eux n’ayant jamais perçu de congés maladie. Dans son rapport, Bruno Racine souligne notamment le fait que le travail des artistes-auteurs n’est pas rémunéré en tant que tel et que ces derniers souffrent des inégalités présentes face à leurs confrères des métiers du livre.

Une mobilisation collective

Depuis plusieurs semaines, de nombreux auteurs s’expriment sur le sujet et témoignent de leur situation personnelle et notamment de la précarité dans laquelle ils vivent. En ce qui concerne le rapport, les premiers retours des auteurs sont encourageants, ils soulignent un travail « rigoureux, innovant et inédit ». La vice-présidente de la ligue des auteurs professionnels, Samantha Bailly, a même indiqué que ces mesures pourraient « changer leurs vies ». Cette dernière s’est donc empressée de détailler méticuleusement le rapport de Bruno Racine sur Twitter.

La dessinatrice Marion Montaigne s’était également exprimée sur France Inter lors d’une déclaration agacée et adressée au ministre de la Culture, dans laquelle elle explique à quel point il serait important de réfléchir aux conditions de création et à la situation des auteurs. Plusieurs collectifs et organisations professionnelles d’auteurs ont récemment lancé un appel à un « débrayage » le 31 janvier à Angoulême. Les auteurs sont invités à quitter les dédicaces afin de créer un mouvement de sensibilisation lors du plus important événement consacré à la BD de l’année.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer