Une plateforme internet lancée par une étudiante anglaise, Sara Soma, lance l’alerte sur la banalisation de la culture du viol et des agressions sexuelles dans les écoles anglaises et ce, affectant toutes les tranches d’âges. À l’heure actuelle, plus de 11 500 témoignages ont été recensé sur le site everyonesinvited.uk depuis la mort de Sarah Everard, kidnappée et tuée par un policier le 10 mars dernier au sud de Londres.

UNE PRISE DE PAROLE CONTRE UN PROBLÈME UNIVERSEL.

« Ce sont des histoires qui reflètent la culture du viol, un comportement complètement banalisé. Le harcèlement sexuel c’est une main baladeuse au repas de Noël, le revenge porn (la publication d’images à caractère sexuel sans le consentement de la personne, ayant pour but de lui nuire), ou même le sexisme en général. » Voilà l’appel alarmant de Sara Soma, une étudiante anglaise, qui se joint à l’ouverture du site internet everyonesinvited.uk où, chaque jour, des centaines de témoignages anonymes visant des agressions sexuelles subies à l’école sont publiés. Le site avait pour but initial de mettre l’accent sur le voile pudique qui cache les horreurs des écoles privées réputées du Royaume-Uni, mais s’est par la suite étendu à tout type d’établissement scolaire, privé ou public. Bien que les noms des agresseurs et des victimes ne soient pas publiquement affichés, les écoles, elles, sont clairement affichées et pointées du doigt comme dans un panthéon de la honte. « C’est un problème universel. (…) Je pense qu’il est important qu’on ne porte pas notre attention uniquement sur les écoles privées, cela risque de montrer ces cas comme anormaux ou rares, alors que ce genre de chose arrive partout, » explique Soma Sara au journal britannique « The Guardian. »

LES VIOLENCES SEXUELLES NORMALISÉES À L’ÉCOLE.

Dans le comté de Sussex, une élève âgée de seulement 16 ans, révèle au journal son quotidien où ses camarades garçons baignent dans l’impunité de la banalisation de la culture du viol. Elle distingue plusieurs types d’agressions, allant de l’envoi non-désiré de photos de pénis « Je crois que toutes les filles de l’école ont dû en recevoir une » ajoute-t-elle à ce sujet, jusqu’aux attouchements : « Les garçons de notre école ne comprennent pas vraiment qu’une agression sexuelle ne veut pas nécessairement dire un viol. La plupart d’entre eux vous mettent la main aux fesses en pensant que c’est drôle. (…) Et si vous osez en parler aux adultes au sein de l’école, vous passez pour celle qui n’est pas capable de rigoler à une blague. » Selon la créatrice du site, le problème vient principalement de la surconsommation de pornographie chez les garçons qui entraîne une déformation de la réalité où les corps des jeunes filles leur sont comme automatiquement dûs. « Il est très important que nous encouragions les enfants et les adolescents à oser en parler et de dénoncer leurs camarades quand ils agissent ainsi, » explique Sara Soma, interrogée par la « BBC. »

QUELLES MESURES PRENDRE À L’ÉCHELLE NATIONALE ?

Les témoignages laissés par milliers sur le site ont fait écho dans le pays entier jusqu’à devenir une affaire d’état. Le ministère de l’Éducation s’est d’ailleurs penché sur le sujet en condamnant avec vigueur tous les actes d’agressions sexuelles et s’est dit très alarmé vis-à-vis du nombre faramineux de témoignages en l’espace de quelques semaines : « La grande majorité des écoles, collèges, lycées et universités prennent ce sujet très au sérieux, cela est donc particulièrement choquant quand de telles choses sont dites sur des lieux dédiés à l’éducation où chacun et chacune devraient se sentir en sécurité et protégé.e, » déclare à ce sujet une porte-parole du ministère de l’éducation. Le ministère annonce que des mesures seront prises en relation avec la police pour essayer de limiter ces agressions au maximum et protéger les victimes qui ne doivent plus grandir dans un environnement où la culture du viol règne en maître : « En travaillant ensemble, le ministère de l’Éducation, le ministère de l’Intérieur et la police nationale avec le site Everyone’s Invited vont pouvoir apporter de l’aide et une protection aux personnes qui ont témoigné. »

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer