"CHAQUE JOUR, JE M'APPROCHE UN PEU PLUS DE MES RÊVES D'ENFANT" : ENTRETIEN AVEC DELPHINE NKANSA

Dans le cadre de notre article « Un défi en Or pour les JO 2024 », Agora Journal a pu correspondre avec Delphine Nkansa, athlète de haut niveau, qui fait partie des espoirs de la délégation française et de cette nouvelle génération qui devra faire ses preuves lors des Jeux Olympiques de Paris 2024. Dans cet entretien, Delphine revient sur sa carrière de jeune d’athlète, et sur les ambitions qui l’animent dans la perspective des jeux français. 

Quel est ton parcours en tant qu’athlète, en bref ?

J’ai commencé l’athlétisme dans un petit club au Portugal, à l’âge de 13 ans. Deux mois après mes débuts sur la piste, j’ai été sélectionnée pour un championnat national du Portugal. Cet élan m’a permis d’intégrer un des plus grands clubs du pays, « Sport Lisboa e Benfica », et de devenir ainsi vice-championne du Portugal à plusieurs reprises. À l’âge de 18 ans, j’ai déménagé en France afin d’y poursuivre mes études. De ce fait, j’ai rejoint l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance (INSEP) à Paris, en octobre 2019.

Quelles compétitions majeures as-tu remportées ? Des podiums ? 

Quand je demeurais à Lisbonne, j’ai pu participer à de nombreux championnats nationaux. Ainsi, mes titres principaux débutent en 2017. J’ai été championne du Portugal U 18 (100 m en 2017, et 60 m, 100 m et 200 m en 2018), U 20 (60 m, 100 m, 4×100 m en 2017, 2018 et 2019) et U 23 (100 m et 4×100 m en 2019). En 2020, j’ai été vice-championne de France U 20 60 m, ainsi que finaliste championnats de France Élites. Enfin, j’ai été championne de France U23 100m en 2021.

Qu’as-tu ressenti au fait de ne pas participer aux JO de Tokyo ?

Participer aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 n’était pas inscrit dans mes objectifs. Bien évidemment, j’ai suivi de près mes collègues d’entraînement qui ont été sélectionnés. Leurs parcours, leur quotidien et le cheminement vers cette grande compétition, c’est inspirant et passionnant. Côtoyer des partenaires qui réalisent mes rêves me donne beaucoup de motivation pour la suite. Au final, on se dit que c’est possible et faisable avec beaucoup de travail, de détermination et de sacrifices. Je suis leurs traces et j’ai hâte pour les compétitions à venir.

Quel sentiment ressens-tu à l’idée de participer à tes premiers JO ? En France, qui plus est. 

Je prépare les Jeux Olympiques de Paris 2024 comme je prépare toute autre compétition. Cependant, le sentiment de savoir que c’est possible d’être sélectionnée aux JO en 2024 pour le relais 4×100 m est tout simplement émouvant. J’ai cette impression que chaque jour, je me rapproche un peu plus de mes rêves d’enfant. Et c’est magnifique de réaliser que mes proches et moi avons fait les bons choix, que toutes ces heures à souffrir sur la piste et tous les sacrifices réalisés finiront par payer un jour. D’autant plus que ces Jeux se déroulent à Paris, à la maison. C’est juste magique. Tous mes proches pourront venir me soutenir, moi et mon équipe. Pour moi c’est l’essentiel, c’est un sentiment passionnant et inexplicable à la fois. J’ai juste hâte.

As-tu une pression particulière ?

Logiquement, depuis que je côtoie le haut niveau, la pression n’est plus identique à celle de mes débuts dans ce sport. Plus le temps avance, et pire c’est. Mais j’aime cette pression et quoi qu’il arrive, il faut apprendre à vivre avec et à la gérer sinon c’est impossible d’avancer. Et curieusement, en ce qui concerne Paris 2024, je n’ai pas encore de pression particulière car je me donne tous les moyens possibles pour réussir. Je crois en moi, au travail de mon coach et à l’équipe derrière. 

Quels sont tes objectifs ? Et ceux de la fédération ? 

Mon objectif olympique, c’est tout d’abord de participer au relais 4×100 m féminin en 2024. Ensuite, pour les jeux qui suivent (2028, 2032…) je vise également à me sélectionner individuellement sur le 100 m féminin. Les objectifs de la fédération sont simples : ramener le plus de médailles à la maison, comme on dit. Et pour ce faire, ils sont légèrement stricts sur les conditions de sélection, mais c’est le but du jeu et cela me donne encore plus envie de me surpasser. 

Observes-tu des évènements particuliers organisés pour les JO 2024 ?

Personnellement, du fait que les Jeux se déroulent en France, j’ai pu constater la mise en place de nombreuses activités qui font découvrir cette culture sportive aux plus jeunes. Cela va permettre à ceux qui ne s’intéressaient pas forcément aux Jeux Olympiques, de découvrir et porter un intérêt à cela. J’apprécie lorsque je vois des écoles visiter l’INSEP. Qu’ils puissent découvrir le monde du sport est une excellente idée. Je n’ai pas eu cette chance quand j’étais plus jeune.

Les JO se déroulant en France, ressens-tu un engouement spécial chez les athlètes français ? 

De mon point de vue, il n’y a pas trop de changement dans la préparation et le quotidien des entraînements. On prépare Paris 2024 comme on prépare les Championnats d’Europe ou du Monde. Mis à part quelques activités organisées, et la visite de plusieurs équipes étrangères qui viennent se familiariser avec la France, je ne vois pas tellement d’engouement particulier au quotidien. De plus, dans la faculté dans laquelle j’étudie, je n’ai pas d’options particulières qui me permettent de réussir au mieux mon double projet sport-étude.

Comment te prépares-tu pour les JO ?

Sur la route des Jeux, ma préparation, mais aussi celle d’un athlète olympique en général, c’est surtout beaucoup de discipline. Nous avons environ 20 h d’entraînement par semaine, mais il faut également prévoir les éventuelles blessures. En dehors des entraînements, il y a de la récupération à faire, l’alimentation à soigner et le sommeil à ne pas négliger. Il y a des partenaires et sponsors qui aident fortement à faciliter la vie à un athlète et sa préparation vers les Jeux.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer